Enfant du Bénin ne reste pas seulement debout, il est temps de marcher

investiture talon beninjpgBravo Peuple béninois ! Pour que l'aube soit véritablement nouvelle (ou renouvelée), tu as démenti aux fonds des urnes les arrangements des états-majors des grands partis politiques. Tu as mené et gagné le bon combat.

Aujourd'hui, le président Patrice TALON a prêté serment. Nous partageons son sentiment de fierté. Oui la Dignité, l'Humilité et l'Exemplarité seront essentielles pour conduire la rupture nécessaire vers une gouvernance transformée. Chacun devra apporter du sien, sans marchandages politiciens. Enfant du Bénin, ne reste pas seulement debout, maintenant, marche et construis ton destin.

Luc GNACADJA

IMG 20160216 0924521

Bref entretien avec le Gal Robert GBIAN

- En tant que candidat à l’élection présidentielle, dans quelles mesures les engagements de réforme et d’initiative contenus dans le Pacte Alafia rejoignent-ils votre vision ou votre projet de société pour le Bénin ?

Les initiatives du Pacte rejoignent effectivement mon projet de société et ma vision pour le Bénin en ce sens que j’ai mis un accent sur l’Unité Nationale, le renforcement de la Démocratie et l’État de droit. Si le Pacte Alafia n’avait pas existé, il aurait fallu l’inventer ! Je me retrouve donc entièrement dans les engagements du pacte auxquels j’adhère jusqu’au bout.

Quelle que soit l’issue du scrutin, que feriez-vous et comment useriez-vous de votre influence pour contribuer à mettre en œuvre les 7 engagements du Pacte Alafia ?

Quelle que soit l’issue du scrutin, en ma qualité de 2ème Vice-Président de l’Assemblée Nationale, je m’emploierai à propulser cette initiative, et s’il était question d’initier des lois dans ce sens, je serai partant pour mettre en œuvre les engagements tels que libellés dans le Pacte.

Quels sont les sentiments qui vous animent après la signature du Pacte Alafia ?

Ce sont des sentiments de joie, de satisfaction et de fierté vis-à-vis des initiateurs du Pacte Alafia.  

Signature Simon Pierre ADOVELANDE

Signature pacte Simon Adovelande1

IMG 20160210 WA0018 resizedBref entretien avec Abdoulaye BIO TCHANÉ

- En tant que candidat à l’élection présidentielle, dans quelles mesures les engagements de réforme et d’initiative contenus dans le Pacte Alafia rejoignent-ils votre vision ou votre projet de société pour le Bénin ?

Le pacte Alafia reflète parfaitement la vision que j’ai des reformes à faire dans notre pays pour avoir une gouvernance qui puisse favoriser – un jour – le développement du Bénin. Je crois que les constats qui (y) sont faits et qui sont à l’origine du pacte se retrouve parfaitement dans le diagnostic que j’ai moi-même fait avec mes amis politiques de la situation de notre pays. Et donc, pour les solutions, j’accepte absolument les propositions qui sont faites (dans le Pacte Alafia), étant entendu que j’ai convenu avec mes amis politiques que nous mettrons les réformes en œuvre après les assises nationales qui auraient lieu juste après la passation de service le 6 avril 2016.

- Quelle que soit l’issue du scrutin, que feriez-vous et comment useriez-vous de votre influence pour contribuer à mettre en œuvre les 7 engagements du Pacte Alafia ?

Notre position sera forcément différente : Il est évident que si je gagne l’élection présidentielle et j’espère que je gagnerai, nous mettrons très rapidement les réformes qui sont indispensables pour mettre en œuvre les 7 engagements du Pacte Alafia en commençant par les assises nationales dont j’ai parlé précédemment. Si c’est un autre candidat qui gagne, comme le veut la Constitution, le Président de la République est le garant principal des réformes. Et si (d’aventure), nous avions la malchance de choisir un Président qui n’est pas favorable à ces réformes, qui pense que le statut quo et/ou la continuité sont les meilleurs garants du développement de notre pays, il est évident que je ne m’y associerai pas. Voilà donc mes positions selon l’issue du scrutin.

- Quels sont les sentiments qui vous animent après la signature du Pacte Alafia ?

Je suis content et fier de savoir qu’il existe d’autres personnes qui partagent le même diagnostic que nous et, plus loin encore qui dans leurs recommandations proposent des solutions qui correspondent à ce que nous avions retenu nous-mêmes. Je suis donc heureux d’accueillir votre équipe, la plateforme Alafia avec les représentants des différents initiateurs et d’avoir signé le Pacte Alafia pour la transformation de notre gouvernance publique. Je suis également heureux de constater que d’autres candidats s’y associent en l’occurrence Me Marie Elise Gbèdo, une ancienne collègue, qui a certainement partagé la même opinion que nous à savoir que ça ne va pas et que le statut quo est impossible.  

 

abt pacte

Signature de Me Marie-Elise GBEDO

Me Elise Pacte alafiaExtrait d'un bref entretien avec Me Marie-Elise GBEDO lors de la signature du pacte Alafia

-Quels sont les sentiments qui vous animent après la signature de PActe Alafia?

Me Marie-Elise GBEDO: l'esprit du pacte Alafia correspond à mon tempéramment. C'est tout moi! (rires!). ça correspond à ce que veut Marie Elise GBEDO pour le développement de son pays. Si les 7 engagements du pacte tels qu'ils sont libellés sont respectés; et moi, je n'aurai aucun mal à les respecter, il n'y aurait pas de pauvreté. Je suis fatigué d'en entendre parler. Nous ne sommes pas pauvres, bien au contraire, nous sommes assis sur une mine de richesses et nous jouons au mendiant. Il faut que ça cesse!

Search